Archives mensuelles : août 2020

Traduire, Adapter, travestir

L’intitulé de ce billet, « Traduire, adapter, travestir », est une reformulation du titre d’un colloque organisé par Jean-Pierre Martin et Claudine Nédélec qui interrogeait la réception de l’antiquité en trois verbes : « Traduire, trahir, travestir[1] ».

Trois verbes pour désigner les projets du trio qui occupe actuellement mes esprits et dont j’ai parlé dans un précédent billet : Mme Dacier, La Motte, Marivaux.

Trois verbes pour désigner des processus divers de transformation du texte.

  • Madame Dacier traduit l’Iliade d’Homère
  • La Motte adapte l’Iliade traduit par Madame Dacier
  • Marivaux travestit l’Iliade de La Motte :

La première protagoniste du trio est Mme Dacier, helléniste qui, avant de traduire l’Iliade, a fait ses gammes avec diverses traductions d’auteurs grecs (Callimaque, Aristophane) et latins (Plaute, Térence). Mes premières recherches sur Mme Dacier m’ont conduite vers deux critiques : Éliane Itti et Noémi Hepp. La première a créé un site entièrement dédié à Madame Dacier : https://madamedacier.huma-num.fr/, tandis que l’on doit à la seconde un essai célèbre sur Homère en France au XVIIe siècle.

Noémi Hepp consacre en effet une partie de son chapitre trois, « La Querelle d’Homère (1711-1717) », à « L’Homère de Madame Dacier ». Pour diverses raisons, je ne peux aujourd’hui actuellement consulter le texte de Noémi Hepp, mais j’ai en revanche accès aux notes prises lors de ma première lecture de cet essai, au tout début de mon doctorat.

Noémi Hepp consacre une trentaine de pages aux travaux de Mme Dacier. Après avoir évoqué les quelques traductions antérieures, qu’elle présente comme médiocre, attachante ou exceptionnelle, elle revient sur les débuts de l’helléniste dans l’érudition et sur son but en traduisant les épopées homériques : « rendre Homère accessible ».

Les sources de sa traduction de l’Iliade demeurent obscures puisque Mme Dacier « ne dit pas sur quelle édition, commentateurs elle s’est basée […]. On sait qu’elle avait sous la main deux commentaires anciens d’Homère, ceux de Didyme et surtout d’Eustathe –elle ne dit pas toujours les emprunts qu’elle leur fait ».

Ce qui ressort des travaux de Mme Dacier est un « Homère rigoureusement régulier en tant que poète épique, sage en tant que théologien, innocent et amateur d’innocence en tant que peintre des mœurs, et mêlant à la connaissance de la nature divine et de la vérité morale l’intelligence des secrets du monde physique ».

Pour Noémi Hepp, sa traduction en prose, est dans l’ensemble attentive et fidèle, avec peu d’erreurs, mais elle manque de précision, notamment sur les questions anatomiques, car cette étude lui a paru toujours « triste et désagréable », et, de plus, « très peu convenable aux femmes ».

Noémi Hepp conclut en affirmant que « sur le plan de l’esthétique, elle constitue un échec » et cite en appui le toujours tendre Voltaire: « Qui n’a lu que Mme Dacier n’a point lu Homère ».

Me voilà donc avec pour projet de :

  • Relire l’essai de Noémi Hepp pour compléter mes notes de lecturesd’un autre temps.
  • Chercher, si depuis les travaux de Noémi Hepp, on sait désormais sur quelle édition Mme Dacier s’est basée.
  • Explorer les divers travaux sur Mme Dacier recensés sur le site d’Éliane Itti
  • Analyser sa traduction (essayer notamment de recenser ce qui est imprécis ou effacé par Mme Dacier) et ses commentaires de l’Iliade.

[1] Traduire, trahir, travestir : Études sur la réception de l’antiquité, Arras, Artois Presse Université, 2012.