Traduire, Adapter, travestir

L’intitulé de ce billet, « Traduire, adapter, travestir », est une reformulation du titre d’un colloque organisé par Jean-Pierre Martin et Claudine Nédélec qui interrogeait la réception de l’antiquité en trois verbes : « Traduire, trahir, travestir[1] ».

Trois verbes pour désigner les projets du trio qui occupe actuellement mes esprits et dont j’ai parlé dans un précédent billet : Mme Dacier, La Motte, Marivaux.

Trois verbes pour désigner des processus divers de transformation du texte.

  • Madame Dacier traduit l’Iliade d’Homère
  • La Motte adapte l’Iliade traduit par Madame Dacier
  • Marivaux travestit l’Iliade de La Motte :

La première protagoniste du trio est Mme Dacier, helléniste qui, avant de traduire l’Iliade, a fait ses gammes avec diverses traductions d’auteurs grecs (Callimaque, Aristophane) et latins (Plaute, Térence). Mes premières recherches sur Mme Dacier m’ont conduite vers deux critiques : Éliane Itti et Noémi Hepp. La première a créé un site entièrement dédié à Madame Dacier : https://madamedacier.huma-num.fr/, tandis que l’on doit à la seconde un essai célèbre sur Homère en France au XVIIe siècle.

Noémi Hepp consacre en effet une partie de son chapitre trois, « La Querelle d’Homère (1711-1717) », à « L’Homère de Madame Dacier ». Pour diverses raisons, je ne peux aujourd’hui actuellement consulter le texte de Noémi Hepp, mais j’ai en revanche accès aux notes prises lors de ma première lecture de cet essai, au tout début de mon doctorat.

Noémi Hepp consacre une trentaine de pages aux travaux de Mme Dacier. Après avoir évoqué les quelques traductions antérieures, qu’elle présente comme médiocre, attachante ou exceptionnelle, elle revient sur les débuts de l’helléniste dans l’érudition et sur son but en traduisant les épopées homériques : « rendre Homère accessible ».

Les sources de sa traduction de l’Iliade demeurent obscures puisque Mme Dacier « ne dit pas sur quelle édition, commentateurs elle s’est basée […]. On sait qu’elle avait sous la main deux commentaires anciens d’Homère, ceux de Didyme et surtout d’Eustathe –elle ne dit pas toujours les emprunts qu’elle leur fait ».

Ce qui ressort des travaux de Mme Dacier est un « Homère rigoureusement régulier en tant que poète épique, sage en tant que théologien, innocent et amateur d’innocence en tant que peintre des mœurs, et mêlant à la connaissance de la nature divine et de la vérité morale l’intelligence des secrets du monde physique ».

Pour Noémi Hepp, sa traduction en prose, est dans l’ensemble attentive et fidèle, avec peu d’erreurs, mais elle manque de précision, notamment sur les questions anatomiques, car cette étude lui a paru toujours « triste et désagréable », et, de plus, « très peu convenable aux femmes ».

Noémi Hepp conclut en affirmant que « sur le plan de l’esthétique, elle constitue un échec » et cite en appui le toujours tendre Voltaire: « Qui n’a lu que Mme Dacier n’a point lu Homère ».

Me voilà donc avec pour projet de :

  • Relire l’essai de Noémi Hepp pour compléter mes notes de lecturesd’un autre temps.
  • Chercher, si depuis les travaux de Noémi Hepp, on sait désormais sur quelle édition Mme Dacier s’est basée.
  • Explorer les divers travaux sur Mme Dacier recensés sur le site d’Éliane Itti
  • Analyser sa traduction (essayer notamment de recenser ce qui est imprécis ou effacé par Mme Dacier) et ses commentaires de l’Iliade.

[1] Traduire, trahir, travestir : Études sur la réception de l’antiquité, Arras, Artois Presse Université, 2012.

L’après-thèse

Un peu fébrile, je tape l’identifiant et le mot de passe de mon carnet « hypothèses », j’ouvre la section « articles » , je clique sur « ajouter » et je regarde la page blanche. Que dire plus d’un an après avoir écrit mon dernier billet ? La vérité : l’immédiat après-thèse et la fin de l’enseignement dans le supérieur en tant qu’ATER n’ont pas été de tout repos. Pour diverses raisons, j’ai mis de côté mon projet.

La première a été ma rentrée dans le secondaire. Découvrir le collège, changer radicalement de mode d’enseigner, préparer quatre niveaux dans deux disciplines différentes ne laissent pas un temps fou pour la recherche. Plus exactement, cela ne laisse pas un temps de cerveau disponible pour plonger réellement dans des projets qui exigent de longues plages de concentration (une demi-journée déjà ? )

La deuxième raison, plus enthousiasmante, est que j’ai consacré le temps que j’avais à reprendre le manuscrit de ma thèse sur les corps marivaudiens pour en écrire une version publiable. Il s’agissait finalement d’achever ce qui avait commencé six ans plus tôt avant d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche.

Il m’a aussi fallu du temps avant de revenir à ce carnet sur le travestissement marivaudien et la querelle d’Homère car il ne correspondait pas aux conseils donnés post-soutenance : diversifier rapidement ses thèmes de recherche, écrire de nouveaux articles en explorant de nouveaux corpus.

Je n’arrive pas à quitter Marivaux, même provisoirement. D’ailleurs je n’en ai pas envie tant j’aime ses écrits et tant je pense qu’il y a encore à dire. Dans le contexte actuel, étant donné les perspectives d’avenir, je veux d’abord chercher par plaisir, et pas seulement parce qu’il faut avoir de nouveaux projets à écrire sur son CV. Voilà comment je vois aujourd’hui mon après-thèse : pas une rupture, mais de nouvelles branches qui poussent sur mon arbre marivaudien et qui m’éloigneront en douceur de mon sujet de thèse.

L’Homère travesti aux oubliettes?

En 1716, lors de la deuxième phase de la Querelle des Anciens et des Modernes, connue sous le nom de Querelle d’Homère, Marivaux publie L’Homère travesti ou L’Iliade en vers burlesques. Ce travestissement s’inscrit dans la veine du Virgile travesti bien que Marivaux prenne soin, dans sa préface, de noter les différences avec l’œuvre de Scarron.

Cette œuvre de Marivaux est peu connue. Deux facteurs ont contribué aux silences qui l’entourent :

  • Le jugement littéraire. L’Homère travesti a, en effet, été très tôt l’objet de critiques. L’œuvre serait mauvaise et/ou datée. Au XVIIIe siècle, dans son Éloge de Marivaux, D’Alembert n’est pas tendre avec cette œuvre de jeunesse qu’il qualifie de « forfait littéraire ». Deux siècles plus tard, les avis n’ont pas vraiment changé. Dans son ouvrage sur Homère en France, Noémi Hepp juge sévèrement ce travestissement marivaudien : « le livre ne parut qu’à la fin de l’été 1716 et il faisait à cette date un peu figure de plat réchauffé ; deux cent cinquante ans plus tard, il n’est plus réchauffable. La platitude, l’ennui et la grossièreté qui y règnent en rendent la lecture presque difficile[1]». Si l’on juge cette œuvre mauvaise, cela justifie-t-il de ne pas s’y intéresser ? Et d’ailleurs est-elle vraiment si médiocre ?
  • L’absence de publication. Comme le souligne Frédéric Deloffre, l’Homère travesti disparaît de l’édition Duviquet. C’est à Frédéric Deloffre que l’on doit la publication de ce travestissement marivaudien, mais il n’est qu’à demi-publiée dans le volume « Œuvres de Jeunesse » des éditions Gallimard. Frédéric Deloffre se justifie ainsi : « Des circonstances indépendantes de notre volonté, et tenant à la situation de l’édition des œuvres classiques en France en 1972, nous ont empêché de donner L’Homère travesti en entier. La solution la moins discutable nous a paru de publier, outre les pièces liminaires, les plus intéressantes, les six premiers livres, soit la première moitié de l’ouvrage[2]. »

Si cette demi-édition a permis de sortir partiellement ce travestissement de Marivaux de l’ombre, il reste peu commenté par la critique. L’on doit à Françoise Rubellin les plus nombreuses et récentes analyses[3].

[1] N. Hepp, Homère en France au XVIIe siècle, Paris, Klincksieck, 1968, p. 701.

[2] Marivaux, Œuvres de jeunesse, éd. Frédéric Deloffre avec le concours de Claude Rigault, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1972, p. 1326.

[3] F. Rubellin, « Marivaux burlesque », Europe, novembre-décembre 1996, p. 117-127 ; « Une adaptation burlesque de L’Iliade : L’Homère travesti de Marivaux », Homère en France après la Querelle (1715-1900). Actes du colloque de Grenoble (23-25 octobre 1995) Université Stendhal-Grenoble 3, édités par Françoise Létoublon et Catherine Volpilhac-Auger Centre d’études homériques-UMR LIRE avec la collaboration de Daniel Sangsue Centre d’études stendhaliennes, Paris, Honoré Champion, 1999, p. 213- 229 ; « Marivaux et le mauvais goût : L’Homère travesti », Vices de style et défauts esthétiques XVIe XVIIIe siècle, C. Barbafieri, J-Y Vialleton (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2017.

Travestir Homère ?

Bien qu’au XVIIIe siècle les notions de parodie et de travestissement soient floues et interchangeables (comme l’ont déjà fait remarquer Gérard Genette[1] et Daniel Sangsue[2]), l’analyse des corps marivaudiens m’a conduite à distinguer la démarche parodique et l’entreprise du travestissement dans les œuvres de jeunesse de Marivaux en me concentrant notamment sur la nature de l’intertexte : là où la parodie (Pharsamon ; La Voiture embourbée) réécrit un hypogenre, le travestissement réécrit un hypotexte singulier, clairement identifiable.

Le Télémaque travesti et L’Homère travesti sont deux travestissements marivaudiens qui s’inscrivent dans le contexte de la Querelle d’Homère :

  • Le Télémaque travesti[3] est une réécriture burlesque des Aventures de Télémaque, roman de Fénelon paru en 1699 qui s’appuie lui-même sur l’Odyssée d’Homère.

  • Comme l’a résumé Françoise Rubellin, L’Homère travesti « est du point de vue de sa genèse le résultat d’un développement complexe que l’on pourrait résumer en un titre imaginaire : l’Homère traduit par Mme Dacier, adapté par La Motte, travesti par Marivaux[4] ». Au début du XVIIIe siècle, Anne Dacier a en effet proposé une nouvelle traduction de l’Iliade que La Motte a remaniée. Il l’a considérablement réduite et il a occulté ou modifié ce qui ne correspondait pas, selon lui, aux critères et aux goûts de son temps. C’est la version de La Motte que Marivaux retravaille.

Si Homère est bien présent à la source des travestissements marivaudiens, il est passé par le filtre d’auteurs contemporains, qui ont eu un rôle important dans la Querelle des Anciens et des Modernes et dans la Querelle d’Homère.

Dans la lignée des travaux de Françoise Rubellin, Jean-Paul Sermain[5] et Christelle Bahier-Porte[6], je considère que ce n’est pas tant (ou pas seulement) Homère qui est moqué et critiqué par Marivaux, mais Fénelon et La Motte. Avec L’Homère travesti en particulier, Marivaux se veut plus moderne que les modernes.

Mon hypothèse est la suivante : L’Homère travesti n’est pas l’exercice de style d’un auteur qui interviendrait (trop) tardivement dans les derniers temps de la Querelle d’Homère, il s’engage dans les débats esthétiques de son temps, pas seulement dans la préface, mais dans le corps même du travestissement.

Il me reste à relire L’Homère travesti pour vérifier cette hypothèse et à mettre en perspective les réflexions du narrateur avec les textes de La Motte et de Mme Dacier.


[1] G. Genette, Palimpsestes La littérature au second degré, Paris, Éditions du Seuil, 1982

[2] D. Sangsue, La relation parodique, Paris, José Corti, 2007

[3] Sur la définition du Télémaque travesti comme « parodie mixte » par G. Genette, voir Y-M Tran-Gervat, « Pour une définition opérationnelle de la parodie littéraire : parcours critique et enjeux d’un corpus spécifique », Cahiers de Narratologie [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2006, p. 7. (URL : http://narratologie.revues.org/372).

[4] F. Rubellin, « Une adaptation burlesque de L’Iliade : L’Homère travesti de Marivaux », Homère en France après la Querelle (1715-1900). Actes du colloque de Grenoble (23-25 octobre 1995) Université Stendhal-Grenoble 3, édités par Françoise Létoublon et Catherine Volpilhac-Auger, Centre d’études homériques-UMR LIRE avec la collaboration de Daniel Sangsue, Centre d’études stendhaliennes, Paris, Honoré Champion, 1999, p. 214

[5] J-P. Sermain, Le Singe de don Quichotte : Marivaux, Cervantès et le roman postcritique, Oxford, The Voltaire Foundation, 1999.

[6] C. Bahier-Porte, « Quelques « réflexions sur l’esprit humain » : l’héritage et la modernité selon Marivaux », Littératures classiques 2011/2 (N° 75), p. 71-88. DOI 10.3917/licla.075.0071

Les oeuvres de jeunesse de Marivaux

Par l’expression « œuvres de jeunesse » de Marivaux, on désigne habituellement les œuvres que Marivaux a écrites et/ou publiées entre 1712 et 1716 et que Frédéric Deloffre, auteur d’un ouvrage fondamental pour la recherche marivaudienne, Une préciosité nouvelle. Marivaux et le marivaudage, a éditées dans la collection « Pléiade ».

Ce volume de la Pléiade contient :

  • Les Aventures de *** ou les Effets surprenants de la sympathie, publiées entre 1713 et 1714
  • Pharsamon ou les nouvelles folies romanesques, publié en 1737, mais écrit dès 1712
  • La Voiture embourbée, publiée en 1714
  • Le Bilboquet, publié en 1714
  • Le Télémaque travesti, publié en 1736, mais écrit dès1714
  • L’Homère travesti, publié en 1716

Aborder ces œuvres de jeunesse et en définir le genre n’est pas chose si aisée :

  • Les Effets imitent les romans héroïco-galants du XVIIe siècle. Mais s’agit-il de la pâle imitation d’un tout jeune écrivain en début de carrière ? On a de la peine à le croire quand on constate qu’à la même époque Marivaux est capable d’écrire des œuvres qui mettent à distance, en les parodiant ou en les travestissant, leurs hypotextes.
  • Gérard Genette présente Pharsamon comme un anti-roman dans la veine de Don Quichotte, mais il souligne la proximité avec le burlesque des histoires comiques comme celle de Scarron.
  • La Voiture embourbée comprend un anti-roman (« Le Roman impromptu »), mais les autres histoires racontées par les divers personnages sont-elles des pastiches ? 
  • Les choses se compliquent encore davantage avec Le Télémaque travesti que Genette définit comme une parodie mixte et non comme un travestissement, notamment, parce que les personnages ne sont pas les mêmes que ceux de l’hypotexte. Le Télémaque travesti réécrit en effet Les Aventures de Télémaque de Fénelon mais le Télémaque et le Mentor de Fénelon n’apparaissent pas tels quels chez Marivaux. Brideron et Phocion, les héros marivaudiens, imitent Télémaque et Mentor. Dans ce cas, Le Télémaque travesti n’est-il pas aussi un anti-roman comme Pharsamon ?
  • L’Homère travesti est un travestissement burlesque dans la veine du Virgile travesti de Scarron, mais Marivaux dans la préface de son œuvre se démarque volontairement de cet auteur.

Face à ces incertitudes génériques, l’analyse des corps a été un outil pour comprendre le mécanisme de ces œuvres et définir leur genre en ayant pour principe méthodologique de les lire les unes au regard des autres. À ce stade de mes recherches, j’ai dégagé deux diptyques :

  • Un premier diptyque est composé des Effets surprenants de la sympathie et de Pharsamon. Les Effets surprenants de la sympathie sont une « imitation critique » des romans héroïco-galants du XVIIe siècle, tandis que Pharsamon est une « imitation parodique ».
  • Un second diptyque est composé du Télémaque travesti et de L’Homère travesti. Le Télémaque travesti est un « travestissement indirect » des Aventures de Télémaque de Fénelon, tandis que L’Homère travesti est un « travestissement direct » de l’Iliade de La Motte.

nb : Je n’ai pas parlé du Bilboquet car c’est une œuvre que j’avais exclue de mon corpus dans la mesure où le corps, tel que j’avais essayé de l’approcher et de le définir dans ma thèse, en est absent. Je reviendrai plus tard sur cette oeuvre singulière.

 

Voilà c’est fini ?

Il y a une semaine, je soutenais ma thèse : « les corps dans l’oeuvre de Marivaux : approches générique, morale et empiriste ». Cette soutenance marque la fin de six années de recherche, mais les discussions avec les membres du jury ont enrichi mes interprétations, ont ouvert de nouvelles pistes de réflexion, et m’ont convaincue de poursuivre, entre autres, l’étude des oeuvres de jeunesse de Marivaux, qui s’inscrivent dans la deuxième phase de la Querelle des Anciens et des Modernes.  

La recherche sur  la notion de Querelle et en particulier sur La Querelle des Anciens et des Modernes est d’actualité. Les appels à communication sur Fabula en témoignent. A titre d’exemple  : 

  • https://www.fabula.org/actualites/les-femmes-et-les-querelles-dans-la-france-de-la-premiere-modernite_85156.php
  • https://www.fabula.org/actualites/anciens-et-modernes-face-aux-pouvoirs-l-eglise-le-roi-les-academies1687-1750_84340.php

Par où commencer et où aller ? Je ne dirais pas que j’ai l’impression de revenir six ans en arrière, au moment où j’élaborais mon sujet de thèse, mais il y a dans le flou post-thèse quelque chose d’analogue aux premiers pas dans la recherche. Je n’ai pas de directions précises, mais une liste (destinée à être actualisée) de (re)lectures à faire : 

    • Les oeuvres de jeunesse de Marivaux et en particulier L’Homère travesti
    • L’Iliade d’Houdar de La Motte
    • Les traductions de l’Iliade et de l’Odyssée par Mme Dacier
    • Noémi, Hepp, Homère en France au XVIIe siècle, Paris, Klincksieck, 1968.
    • Homère en France après la Querelle (1715-1900). Actes du colloque de Grenoble (23-25 octobre 1995) Université Stendhal-Grenoble 3, édités par Françoise Létoublon et Catherine Volpilhac-Auger Centre d’études homériques-UMR LIRE avec la collaboration de Daniel Sangsue Centre d’études stendhaliennes, Paris, Honoré Champion, 1999
    • Les publications du projet AGON : http://www.agon.paris-sorbonne.fr
    • Marc, Fumaroli, La querelle des Anciens et des Modernes : XVIIe-XVIIIe siècles. Précédé de Les abeilles et les araignées : essai, Paris, Gallimard, 2001
    • Littératures classiques, 2013/2 (n°81) « le temps des querelles » : https://www.cairn.info/revue-litteratures-classiques1-2013-2.htm
    • Revue Fontenelle n°9 : Les écrivains de la Querelle : de la polémique à la poétique
    • Claudine Nédelec, Les États et empires du burlesque, Paris, H. Champion, 2004.

Un projet, quel projet ?

Je conçois ce carnet comme un prolongement de ma thèse qui porte sur les corps dans l’œuvre de Marivaux (le titre complet est le suivant : « Les corps dans l’oeuvre de Marivaux : approches générique, morale et empiriste »).

Dans la première partie de cette thèse, j’ai analysé les corps dans les « œuvres de jeunesse » de Marivaux et en particulier dans Le Télémaque Travesti et dans L’Homère travesti qui sont des œuvres que Marivaux a rédigées dans le contexte de la Querelle d’Homère (j’y reviendrai dans un autre billet). Dans ce carnet, je souhaite approfondir l’analyse de ces deux travestissements marivaudiens (en particulier L’Homère travesti qui est une oeuvre aujourd’hui à moitié éditée) et explorer les liens entre les œuvres écrites pendant cette Querelle, notamment les traductions de l’Iliade et de l’Odyssée par Mme Dacier, et l’adaptation de l’Iliade par La Motte.

C’est un point de départ et, bien évidemment, je ne connais pas le point d’arrivée, mais j’espère que les routes sont nombreuses et variées pour y arriver.

Introduction : Le jour d’après

Parce qu’une aventure finit, ai-je besoin qu’une autre commence ?

J’ouvre ce carnet la semaine où j’imprime ma thèse. Parce que d’autres sont passés par là avant moi, je sais que l’après-thèse est loin d’être facile. Un thèse-blues ? Je ne sais pas. Je n’ai pas peur du vide créé par le rendu du manuscrit (après tout, la soutenance m’attend), j’ai peur de ne pas trouver un cadre solide pour poursuivre des pistes de recherche que j’ai envie d’explorer.

En ouvrant ce carnet, j’ouvre un petit laboratoire de recherche personnel, voué, je l’espère, à s’agrandir.