Introduction : Le jour d’après

Parce qu’une aventure finit, ai-je besoin qu’une autre commence ?

J’ouvre ce carnet la semaine où j’imprime ma thèse. Parce que d’autres sont passés par là avant moi, je sais que l’après-thèse est loin d’être facile. Un thèse-blues ? Je ne sais pas. Je n’ai pas peur du vide créé par le rendu du manuscrit (après tout, la soutenance m’attend), j’ai peur de ne pas trouver un cadre solide pour poursuivre des pistes de recherche que j’ai envie d’explorer.

En ouvrant ce carnet, j’ouvre un petit laboratoire de recherche personnel, voué, je l’espère, à s’agrandir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.