Travestir Homère ?

Bien qu’au XVIIIe siècle les notions de parodie et de travestissement soient floues et interchangeables (comme l’ont déjà fait remarquer Gérard Genette[1] et Daniel Sangsue[2]), l’analyse des corps marivaudiens m’a conduite à distinguer la démarche parodique et l’entreprise du travestissement dans les œuvres de jeunesse de Marivaux en me concentrant notamment sur la nature de l’intertexte : là où la parodie (Pharsamon ; La Voiture embourbée) réécrit un hypogenre, le travestissement réécrit un hypotexte singulier, clairement identifiable.

Le Télémaque travesti et L’Homère travesti sont deux travestissements marivaudiens qui s’inscrivent dans le contexte de la Querelle d’Homère :

  • Le Télémaque travesti[3] est une réécriture burlesque des Aventures de Télémaque, roman de Fénelon paru en 1699 qui s’appuie lui-même sur l’Odyssée d’Homère.

  • Comme l’a résumé Françoise Rubellin, L’Homère travesti « est du point de vue de sa genèse le résultat d’un développement complexe que l’on pourrait résumer en un titre imaginaire : l’Homère traduit par Mme Dacier, adapté par La Motte, travesti par Marivaux[4] ». Au début du XVIIIe siècle, Anne Dacier a en effet proposé une nouvelle traduction de l’Iliade que La Motte a remaniée. Il l’a considérablement réduite et il a occulté ou modifié ce qui ne correspondait pas, selon lui, aux critères et aux goûts de son temps. C’est la version de La Motte que Marivaux retravaille.

Si Homère est bien présent à la source des travestissements marivaudiens, il est passé par le filtre d’auteurs contemporains, qui ont eu un rôle important dans la Querelle des Anciens et des Modernes et dans la Querelle d’Homère.

Dans la lignée des travaux de Françoise Rubellin, Jean-Paul Sermain[5] et Christelle Bahier-Porte[6], je considère que ce n’est pas tant (ou pas seulement) Homère qui est moqué et critiqué par Marivaux, mais Fénelon et La Motte. Avec L’Homère travesti en particulier, Marivaux se veut plus moderne que les modernes.

Mon hypothèse est la suivante : L’Homère travesti n’est pas l’exercice de style d’un auteur qui interviendrait (trop) tardivement dans les derniers temps de la Querelle d’Homère, il s’engage dans les débats esthétiques de son temps, pas seulement dans la préface, mais dans le corps même du travestissement.

Il me reste à relire L’Homère travesti pour vérifier cette hypothèse et à mettre en perspective les réflexions du narrateur avec les textes de La Motte et de Mme Dacier.


[1] G. Genette, Palimpsestes La littérature au second degré, Paris, Éditions du Seuil, 1982

[2] D. Sangsue, La relation parodique, Paris, José Corti, 2007

[3] Sur la définition du Télémaque travesti comme « parodie mixte » par G. Genette, voir Y-M Tran-Gervat, « Pour une définition opérationnelle de la parodie littéraire : parcours critique et enjeux d’un corpus spécifique », Cahiers de Narratologie [En ligne], 13 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2006, p. 7. (URL : http://narratologie.revues.org/372).

[4] F. Rubellin, « Une adaptation burlesque de L’Iliade : L’Homère travesti de Marivaux », Homère en France après la Querelle (1715-1900). Actes du colloque de Grenoble (23-25 octobre 1995) Université Stendhal-Grenoble 3, édités par Françoise Létoublon et Catherine Volpilhac-Auger, Centre d’études homériques-UMR LIRE avec la collaboration de Daniel Sangsue, Centre d’études stendhaliennes, Paris, Honoré Champion, 1999, p. 214

[5] J-P. Sermain, Le Singe de don Quichotte : Marivaux, Cervantès et le roman postcritique, Oxford, The Voltaire Foundation, 1999.

[6] C. Bahier-Porte, « Quelques « réflexions sur l’esprit humain » : l’héritage et la modernité selon Marivaux », Littératures classiques 2011/2 (N° 75), p. 71-88. DOI 10.3917/licla.075.0071


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.