Travestir les auteurs latins

L’analyse de l’Homère travesti, œuvre marivaudienne qui n’est aujourd’hui encore qu’à demi-éditée, mériterait d’être enrichie par l’étude des travestissements de textes latins de deux auteurs majeurs, Virgile et Ovide, corpus nouveau dans mon travail :

1/ Le Virgile travesti de Scarron, auquel Marivaux se compare dans sa préface, L’Énéide de Virgile, livre second, de Dufresnoy, L’Énéide travestie, livre quatrième contenant les amours d’Énée et de Didon de Furetière, L’Enfer burlesque ou le sixième livre de l’Énéide travestie de l’abbé de Laffemas, L’Énéide burlesque, traduction inédite du sixième livre de Charles, Claude et Nicolas Perrault, L’Énéide enjouée en vers burlesques, livre 7ème, de Brébeuf, Le Virgile goguenard de Claude Petit-Jehan.

2/ Les réécritures d’Ovide : L’Ovide bouffon ou les Métamorphoses burlesques de Richer, l’Ovide en belle humeur. Les métamorphoses d’Ovide en vers burlesques de Dassoucy, Plaidoyer d’Ajax et d’Ulysse pour les armes d’Achille, avec le changement du sang d’Ajax en hyacinthe, du XIII. livre des Métamorphoses d’Ovide, traduit en vers burlesques de Loutaud.

Dans la lignée des travaux de Claudine Nédélec[1] et de Jean Leclerc[2], je souhaiterais étudier le traitement burlesque des procédés caractéristiques de l’épopée virgilienne et des Métamorphoses d’Ovide, en repartant de la langue d’origine, pour mesurer les nuances des traductions contemporaines et analyser les adaptations des travestissements.

Les intuitions qui seront à vérifier sont les suivantes :

  • Les épopées homériques et les poèmes de Virgile et d’Ovide font-ils l’objet de traitements burlesques totalement différents, ou partagent-ils des traits communs tout en présentant des aspects spécifiques ?
  • Au-delà du détournement qu’impliquent ces travestissements, et du rejet ou de la critique, peut-on postuler que ces œuvres burlesques constituent comme des commentaires des textes antiques et disent aussi quelque chose d’un attachement aux anciens ?

[1] J-P. Martin et C. Nédélec, Traduire, trahir, travestir. Études sur la réception de l’Antiquité, Arras, Artois Presses Université, 2012.

[2] J. Leclerc, L’Antiquité travestie et la vogue du burlesque en France (1643-1661), Paris, Hermann Éditeurs, 2014.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Clémence Aznavour (15 août 2022). Travestir les auteurs latins. La Querelle d'Homère. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/t4gc


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.