Archives de catégorie : Les oeuvres de jeunesse de Marivaux

L’Homère travesti aux oubliettes?

En 1716, lors de la deuxième phase de la Querelle des Anciens et des Modernes, connue sous le nom de Querelle d’Homère, Marivaux publie L’Homère travesti ou L’Iliade en vers burlesques. Ce travestissement s’inscrit dans la veine du Virgile travesti bien que Marivaux prenne soin, dans sa préface, de noter les différences avec l’œuvre de Scarron.

Cette œuvre de Marivaux est peu connue. Deux facteurs ont contribué aux silences qui l’entourent :

  • Le jugement littéraire. L’Homère travesti a, en effet, été très tôt l’objet de critiques. L’œuvre serait mauvaise et/ou datée. Au XVIIIe siècle, dans son Éloge de Marivaux, D’Alembert n’est pas tendre avec cette œuvre de jeunesse qu’il qualifie de « forfait littéraire ». Deux siècles plus tard, les avis n’ont pas vraiment changé. Dans son ouvrage sur Homère en France, Noémi Hepp juge sévèrement ce travestissement marivaudien : « le livre ne parut qu’à la fin de l’été 1716 et il faisait à cette date un peu figure de plat réchauffé ; deux cent cinquante ans plus tard, il n’est plus réchauffable. La platitude, l’ennui et la grossièreté qui y règnent en rendent la lecture presque difficile[1]». Si l’on juge cette œuvre mauvaise, cela justifie-t-il de ne pas s’y intéresser ? Et d’ailleurs est-elle vraiment si médiocre ?
  • L’absence de publication. Comme le souligne Frédéric Deloffre, l’Homère travesti disparaît de l’édition Duviquet. C’est à Frédéric Deloffre que l’on doit la publication de ce travestissement marivaudien, mais il n’est qu’à demi-publiée dans le volume « Œuvres de Jeunesse » des éditions Gallimard. Frédéric Deloffre se justifie ainsi : « Des circonstances indépendantes de notre volonté, et tenant à la situation de l’édition des œuvres classiques en France en 1972, nous ont empêché de donner L’Homère travesti en entier. La solution la moins discutable nous a paru de publier, outre les pièces liminaires, les plus intéressantes, les six premiers livres, soit la première moitié de l’ouvrage[2]. »

Si cette demi-édition a permis de sortir partiellement ce travestissement de Marivaux de l’ombre, il reste peu commenté par la critique. L’on doit à Françoise Rubellin les plus nombreuses et récentes analyses[3].

[1] N. Hepp, Homère en France au XVIIe siècle, Paris, Klincksieck, 1968, p. 701.

[2] Marivaux, Œuvres de jeunesse, éd. Frédéric Deloffre avec le concours de Claude Rigault, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1972, p. 1326.

[3] F. Rubellin, « Marivaux burlesque », Europe, novembre-décembre 1996, p. 117-127 ; « Une adaptation burlesque de L’Iliade : L’Homère travesti de Marivaux », Homère en France après la Querelle (1715-1900). Actes du colloque de Grenoble (23-25 octobre 1995) Université Stendhal-Grenoble 3, édités par Françoise Létoublon et Catherine Volpilhac-Auger Centre d’études homériques-UMR LIRE avec la collaboration de Daniel Sangsue Centre d’études stendhaliennes, Paris, Honoré Champion, 1999, p. 213- 229 ; « Marivaux et le mauvais goût : L’Homère travesti », Vices de style et défauts esthétiques XVIe XVIIIe siècle, C. Barbafieri, J-Y Vialleton (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2017.

Les oeuvres de jeunesse de Marivaux

Par l’expression « œuvres de jeunesse » de Marivaux, on désigne habituellement les œuvres que Marivaux a écrites et/ou publiées entre 1712 et 1716 et que Frédéric Deloffre, auteur d’un ouvrage fondamental pour la recherche marivaudienne, Une préciosité nouvelle. Marivaux et le marivaudage, a éditées dans la collection « Pléiade ».

Ce volume de la Pléiade contient :

  • Les Aventures de *** ou les Effets surprenants de la sympathie, publiées entre 1713 et 1714
  • Pharsamon ou les nouvelles folies romanesques, publié en 1737, mais écrit dès 1712
  • La Voiture embourbée, publiée en 1714
  • Le Bilboquet, publié en 1714
  • Le Télémaque travesti, publié en 1736, mais écrit dès1714
  • L’Homère travesti, publié en 1716

Aborder ces œuvres de jeunesse et en définir le genre n’est pas chose si aisée :

  • Les Effets imitent les romans héroïco-galants du XVIIe siècle. Mais s’agit-il de la pâle imitation d’un tout jeune écrivain en début de carrière ? On a de la peine à le croire quand on constate qu’à la même époque Marivaux est capable d’écrire des œuvres qui mettent à distance, en les parodiant ou en les travestissant, leurs hypotextes.
  • Gérard Genette présente Pharsamon comme un anti-roman dans la veine de Don Quichotte, mais il souligne la proximité avec le burlesque des histoires comiques comme celle de Scarron.
  • La Voiture embourbée comprend un anti-roman (« Le Roman impromptu »), mais les autres histoires racontées par les divers personnages sont-elles des pastiches ? 
  • Les choses se compliquent encore davantage avec Le Télémaque travesti que Genette définit comme une parodie mixte et non comme un travestissement, notamment, parce que les personnages ne sont pas les mêmes que ceux de l’hypotexte. Le Télémaque travesti réécrit en effet Les Aventures de Télémaque de Fénelon mais le Télémaque et le Mentor de Fénelon n’apparaissent pas tels quels chez Marivaux. Brideron et Phocion, les héros marivaudiens, imitent Télémaque et Mentor. Dans ce cas, Le Télémaque travesti n’est-il pas aussi un anti-roman comme Pharsamon ?
  • L’Homère travesti est un travestissement burlesque dans la veine du Virgile travesti de Scarron, mais Marivaux dans la préface de son œuvre se démarque volontairement de cet auteur.

Face à ces incertitudes génériques, l’analyse des corps a été un outil pour comprendre le mécanisme de ces œuvres et définir leur genre en ayant pour principe méthodologique de les lire les unes au regard des autres. À ce stade de mes recherches, j’ai dégagé deux diptyques :

  • Un premier diptyque est composé des Effets surprenants de la sympathie et de Pharsamon. Les Effets surprenants de la sympathie sont une « imitation critique » des romans héroïco-galants du XVIIe siècle, tandis que Pharsamon est une « imitation parodique ».
  • Un second diptyque est composé du Télémaque travesti et de L’Homère travesti. Le Télémaque travesti est un « travestissement indirect » des Aventures de Télémaque de Fénelon, tandis que L’Homère travesti est un « travestissement direct » de l’Iliade de La Motte.

nb : Je n’ai pas parlé du Bilboquet car c’est une œuvre que j’avais exclue de mon corpus dans la mesure où le corps, tel que j’avais essayé de l’approcher et de le définir dans ma thèse, en est absent. Je reviendrai plus tard sur cette oeuvre singulière.