Archives mensuelles : juin 2018

Un projet, quel projet ?

Je conçois ce carnet comme un prolongement de ma thèse qui porte sur les corps dans l’œuvre de Marivaux (le titre complet est le suivant : « Les corps dans l’oeuvre de Marivaux : approches générique, morale et empiriste »).

Dans la première partie de cette thèse, j’ai analysé les corps dans les « œuvres de jeunesse » de Marivaux et en particulier dans Le Télémaque Travesti et dans L’Homère travesti qui sont des œuvres que Marivaux a rédigées dans le contexte de la Querelle d’Homère (j’y reviendrai dans un autre billet). Dans ce carnet, je souhaite approfondir l’analyse de ces deux travestissements marivaudiens (en particulier L’Homère travesti qui est une oeuvre aujourd’hui à moitié éditée) et explorer les liens entre les œuvres écrites pendant cette Querelle, notamment les traductions de l’Iliade et de l’Odyssée par Mme Dacier, et l’adaptation de l’Iliade par La Motte.

C’est un point de départ et, bien évidemment, je ne connais pas le point d’arrivée, mais j’espère que les routes sont nombreuses et variées pour y arriver.

Introduction : Le jour d’après

Parce qu’une aventure finit, ai-je besoin qu’une autre commence ?

J’ouvre ce carnet la semaine où j’imprime ma thèse. Parce que d’autres sont passés par là avant moi, je sais que l’après-thèse est loin d’être facile. Un thèse-blues ? Je ne sais pas. Je n’ai pas peur du vide créé par le rendu du manuscrit (après tout, la soutenance m’attend), j’ai peur de ne pas trouver un cadre solide pour poursuivre des pistes de recherche que j’ai envie d’explorer.

En ouvrant ce carnet, j’ouvre un petit laboratoire de recherche personnel, voué, je l’espère, à s’agrandir.