Archives mensuelles : avril 2019

L’Homère travesti aux oubliettes?

En 1716, lors de la deuxième phase de la Querelle des Anciens et des Modernes, connue sous le nom de Querelle d’Homère, Marivaux publie L’Homère travesti ou L’Iliade en vers burlesques. Ce travestissement s’inscrit dans la veine du Virgile travesti bien que Marivaux prenne soin, dans sa préface, de noter les différences avec l’œuvre de Scarron.

Cette œuvre de Marivaux est peu connue. Deux facteurs ont contribué aux silences qui l’entourent :

  • Le jugement littéraire. L’Homère travesti a, en effet, été très tôt l’objet de critiques. L’œuvre serait mauvaise et/ou datée. Au XVIIIe siècle, dans son Éloge de Marivaux, D’Alembert n’est pas tendre avec cette œuvre de jeunesse qu’il qualifie de « forfait littéraire ». Deux siècles plus tard, les avis n’ont pas vraiment changé. Dans son ouvrage sur Homère en France, Noémi Hepp juge sévèrement ce travestissement marivaudien : « le livre ne parut qu’à la fin de l’été 1716 et il faisait à cette date un peu figure de plat réchauffé ; deux cent cinquante ans plus tard, il n’est plus réchauffable. La platitude, l’ennui et la grossièreté qui y règnent en rendent la lecture presque difficile[1]». Si l’on juge cette œuvre mauvaise, cela justifie-t-il de ne pas s’y intéresser ? Et d’ailleurs est-elle vraiment si médiocre ?
  • L’absence de publication. Comme le souligne Frédéric Deloffre, l’Homère travesti disparaît de l’édition Duviquet. C’est à Frédéric Deloffre que l’on doit la publication de ce travestissement marivaudien, mais il n’est qu’à demi-publiée dans le volume « Œuvres de Jeunesse » des éditions Gallimard. Frédéric Deloffre se justifie ainsi : « Des circonstances indépendantes de notre volonté, et tenant à la situation de l’édition des œuvres classiques en France en 1972, nous ont empêché de donner L’Homère travesti en entier. La solution la moins discutable nous a paru de publier, outre les pièces liminaires, les plus intéressantes, les six premiers livres, soit la première moitié de l’ouvrage[2]. »

Si cette demi-édition a permis de sortir partiellement ce travestissement de Marivaux de l’ombre, il reste peu commenté par la critique. L’on doit à Françoise Rubellin les plus nombreuses et récentes analyses[3].

[1] N. Hepp, Homère en France au XVIIe siècle, Paris, Klincksieck, 1968, p. 701.

[2] Marivaux, Œuvres de jeunesse, éd. Frédéric Deloffre avec le concours de Claude Rigault, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1972, p. 1326.

[3] F. Rubellin, « Marivaux burlesque », Europe, novembre-décembre 1996, p. 117-127 ; « Une adaptation burlesque de L’Iliade : L’Homère travesti de Marivaux », Homère en France après la Querelle (1715-1900). Actes du colloque de Grenoble (23-25 octobre 1995) Université Stendhal-Grenoble 3, édités par Françoise Létoublon et Catherine Volpilhac-Auger Centre d’études homériques-UMR LIRE avec la collaboration de Daniel Sangsue Centre d’études stendhaliennes, Paris, Honoré Champion, 1999, p. 213- 229 ; « Marivaux et le mauvais goût : L’Homère travesti », Vices de style et défauts esthétiques XVIe XVIIIe siècle, C. Barbafieri, J-Y Vialleton (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2017.