Archives mensuelles : juin 2020

L’après-thèse

Un peu fébrile, je tape l’identifiant et le mot de passe de mon carnet « hypothèses », j’ouvre la section « articles » , je clique sur « ajouter » et je regarde la page blanche. Que dire plus d’un an après avoir écrit mon dernier billet ? La vérité : l’immédiat après-thèse et la fin de l’enseignement dans le supérieur en tant qu’ATER n’ont pas été de tout repos. Pour diverses raisons, j’ai mis de côté mon projet.

La première a été ma rentrée dans le secondaire. Découvrir le collège, changer radicalement de mode d’enseigner, préparer quatre niveaux dans deux disciplines différentes ne laissent pas un temps fou pour la recherche. Plus exactement, cela ne laisse pas un temps de cerveau disponible pour plonger réellement dans des projets qui exigent de longues plages de concentration (une demi-journée déjà ? )

La deuxième raison, plus enthousiasmante, est que j’ai consacré le temps que j’avais à reprendre le manuscrit de ma thèse sur les corps marivaudiens pour en écrire une version publiable. Il s’agissait finalement d’achever ce qui avait commencé six ans plus tôt avant d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherche.

Il m’a aussi fallu du temps avant de revenir à ce carnet sur le travestissement marivaudien et la querelle d’Homère car il ne correspondait pas aux conseils donnés post-soutenance : diversifier rapidement ses thèmes de recherche, écrire de nouveaux articles en explorant de nouveaux corpus.

Je n’arrive pas à quitter Marivaux, même provisoirement. D’ailleurs je n’en ai pas envie tant j’aime ses écrits et tant je pense qu’il y a encore à dire. Dans le contexte actuel, étant donné les perspectives d’avenir, je veux d’abord chercher par plaisir, et pas seulement parce qu’il faut avoir de nouveaux projets à écrire sur son CV. Voilà comment je vois aujourd’hui mon après-thèse : pas une rupture, mais de nouvelles branches qui poussent sur mon arbre marivaudien et qui m’éloigneront en douceur de mon sujet de thèse.